L’entretien professionnel, nouvelle formule

L’article 5 de la loi du 5 mars 2014 encadre l’entretien professionnel à mettre en place tous les 2 ans (soit avant le 7 mars 2016 pour les salariés présents dans l’entreprise au jour d’entrée en vigueur de la loi)

Toutes les entreprises sont désormais tenues :

  • d’informer les salariés, à l’occasion de leur embauche, qu’ils bénéficient d’un entretien professionnel tous les 2 ans afin d’évoquer les perspectives d’évolution, notamment en termes de qualifications et d’emploi ;
  • de réaliser des entretiens professionnels tous les 2 ans, qui donnent lieu à un document dont une copie est transmise au salarié ;
  • de proposer systématiquement cet entretien au salarié qui reprend son activité après un congé de maternité, un congé parental d’éducation, un congé de soutien familial, un congé d’adoption, un congé sabbatique, une période de mobilité volontaire sécurisée, une période d’activité à temps partiel au sens de l’article L. 1225-47 du code du travail, un arrêt longue maladie (article L. 324-1 du code de la sécurité sociale) ou à l’issue d’un mandat syndical.

Cet entretien, qui remplace tous les entretiens professionnels existants (notamment l’entretien de seconde partie de carrière) et le bilan d’étape professionnel, ne doit pas porter sur l’évaluation du salarié.

Un modèle de support d’entretien professionnel, comprenant un volet « Etat des lieux récapitulatif » est proposé aux entreprises par l’Observatoire paritaire, prospectif et analytique des métiers et qualifications de la métallurgie :

Guide d’utilisation et support de l’entretien professionnel